Venez fêter la philosophie à Saint-Emilion (33)

11ème Edition : Le Corps

Du 25 au 28 mai 2017 (week-end de l’Ascension)

Un programme unique proposé par les revues La Croix, Panorama, Pèlerin et Astrapi autour du Festival.
Ouvert à tous : seul(e), en couple, en famille, entre amis…

Philosophia est un festival laïc autour de la pensée, de la philosophie « pour tous », et du discernement. La présence de Bayard est l’occasion, cette année, de partager dans des lieux insolites et autour de rencontres exceptionnelles l’expertise de nos titres jeunesse et religieux. Le thème de cette 11ème édition est : le corps. Vaste sujet…
Quatre jours de temps conviviaux et de partage autour de la connaissance entre lecteurs et membres des rédactions qui seront présents pendant tout le week-end. Conférences, ateliers, temps spirituels, soirées, visites culturelles…

 

NOS GRANDS INVITÉS :


Jean-Paul Kauffmann,

écrivain, et ancien reporter,
otage au Liban de 1985 à 1988.

« L’amateur de Bordeaux est un homme délivré »
Le « vin libre » qu’est-ce que ça peut vouloir dire ? Que le vin, c’est un usage libre du temps, c’est la liberté de juger et décider par soi-même, c’est le choix de son propre esprit.


Catherine Destivelle,

alpiniste et co-fondatrice
des Éditions du Mont-Blanc.

« Corps et âme à la verticale »
A 25 ans, elle est considérée comme l’une des meilleures grimpeuses au monde. Saisie par l’attirance « raisonnable » du vide, l’ivresse du corps qui bascule, et les mains poudrées à la magnésie suspendues sur une arrête. Par chance, nous n’aurons pas à nous engager à 6 200 mètres d’altitude pour la rencontrer.


Ottilie Bonnema,
pasteur à la Fondation
John Bost.

« Le corps : prison ou temple de l’âme »
Ottilie est pasteur. Hollandaise et francophone, elle est responsable de l’accompagnement spirituel des résidents de la fondation John Bost. Cette fondation protestante accueille depuis 150 ans plus de 1000 personnes atteintes de grave handicap mental et physique, à la Force, en Dordogne.


Frère Jean,
moine orthodoxe
dans les Cévennes.

« Du corps des mannequins au corps du Christ »
Moine, artiste, cuisinier, ami des grands chefs étoilés… Le frère Jean est ancien photographe de presse. Il a traqué durant plus de quinze ans mannequins et célébrités sur toute la planète. Foudroyé, lors d’un reportage sur le Mont Athos, il franchit quelques mois plus tard les portes du monastère de Saint-Saba en Judée, et reçoit le nom de Jean.

________________________________

NOTRE PROGRAMME EN DÉTAIL

Aux couleurs de la spiritualité et de la vie intérieure, un programme spécifique (ateliers, débats, soirées méditatives) animé par des journalistes de La Croix, Pèlerin, Panorama, et Astrapi.

Frais de participation : 30€ pour les adultes / Gratuit pour les enfants

Téléchargez le Programme Bayard
Téléchargez le Formulaire d’inscription
Téléchargez l’Avant-programme du festival Philosophia


Jeudi – 25 mai 2017 (Ascension)

A partir de 8h00 jusqu’à 14h00 : Accueil, remise du programme spécifique, inscription aux ateliers.
Bureaux de Philosophia en face de la Collégiale de Saint-Emilion
10h30 : Messe officielle de l’Ascension à l’église de Saint-Emilion (pour ceux qui le souhaitent).
14h00 : Grand invité Ottilie Bonnema, sur le thème du « Corps, prison ou temple de l’âme ».
Animation Fanny Cheyrou / Panorama
Salle des Dominicains

16h00 : Ateliers
19h30 : Verre de l’amitié offert par Panorama, Pelerin, Astrapi et La Croix.
21h-22h30 : Soirée méditative : Lecture de prières de Saint Augustin par le Frère Marie-Arnaud, dominicain de Bordeaux accompagné à la guitare par Fernando Millet, guitariste, compositeur argentin diplômé du Conservatoire de Buenos Aires, qui occupe une place de prestige sur la scène internationale.
Eglise de Saint-Emilion


Vendredi – 26 mai 2017

6h00 : Messe à l’église de Saint-Emilion (pour ceux qui le souhaitent).
8h30 – 9h00 : Temps spirituel avec le Père Francis Ayliès, prêtre de Bègles, en Gironde.
Cloître de l’église de Saint-Emilion
9h30 : Grand invité Frère Jean sur le thème « Du corps des mannequins au corps du Christ ».
Animation Samuel Lieven / La Croix
Salle des Dominicains
11h00-12h30 : Ateliers
14h30-16h30 : Reprise des Ateliers
19h30 : Soirée projection  « Les Innocentes » réalisé par Anne Fontaine avec:

Philippe Maynial, le neveu de la jeune médecin de la Croix rouge Madeleine Pauliac, qu’on découvre dans le rôle principal du film « les Innocentes ». C’est d’après le récit de Philippe Maynial que sa mère et sœur de Madeleine Pauliac lui a raconté avant de mourir, que la réalisatrice Anne Fontaine a réalisé son film.

Sophie Nordmann, agrégée de philosophie et docteur de l’Université Paris Sorbonne, elle enseigne à l’École pratique des hautes études (EPHE) et à l’École Polytechnique,

Lou de Laâge, comédienne et interprète du personnage principal de Madeleine Pauliac dans le film Les Innocentes .

Animation Christophe Lucet / Sud Ouest et Samuel Lieven / La Croix
Salle des Dominicains


Samedi   – 27 mai 2017

8h15 :Temps spirituel avec le Père Thomas Magimel, prêtre à Périgueux, en Dordogne.
8h45 – 9h15 : Messe à l’église de Saint-Emilion (pour ceux qui le souhaitent)
Puis programme général du festival.
Après-midi: Grand invité Catherine Destivelle, sur le thème de « Corps et âme à la verticale ».
Animation par Jean-François Fournel / La Croix


Dimanche – 28 mai 2017

8h45 – 9h15 : Temps spirituel avec le Père Emeric de Rozières, prêtre de Saint Emilion.
Cloître de l’église de Saint-Emilion
10h30 : Messe dominicale à l’église de Saint-Emilion (pour ceux qui le souhaitent)
Puis programme général du festival.
Après-midi : Grand invité : Jean-Paul Kauffmann sur le thème de « L’amateur de Bordeaux est un homme délivré ».
Animation par Fanny Cheyrou / Panorama

________________________________

NOS ATELIERS : 

Inscription sur place à l’arrivée, places limitées à 30 pers par atelier. Possibilité de participer à plusieurs ateliers tout au long du week-end.

1 – Quand le curé rencontre le peintre, c’est l’apocalypse

Par le peintre François Peltier et le P. de Rozières, prêtre de Saint-Emilion.

Toucher à l’ancien d’un trait de contemporain, ça ne plaît pas à tous. Sauf lorsqu’il s’agit des voûtes et du chemin de croix grandioses et colorés de l’église de Bias, en Lot-et-Garonne. C’est en voyant ces derniers que le curé de Saint-Emilion a proposé à Peltier de peindre, cette fois, une fresque de l’Apocalypse de 40 mètres de long dans le cloître de la cité millénaire. Apprivoiser un texte d’espérance, le peindre, « si c’est l’œuvre de Dieu, elle se réalisera ».

2 – La sobre ivresse

Par Frère Jean, moine orthodoxe dans les Cévennes.

Selon frère Jean, nous sommes devenus tellement cérébraux que nous avons perdu le sens de l’incarnation. Le mouvement, c’est une danse. Quand la chair rend visible l’invisible… c’est la source incarnée en chacun qui rend ivre. Il y a quelque chose de plus que l’être : c’est le souffle.

3 – « La Question » : l’atelier philo d’Astrapi, le magazine des 7/11 ans

Par Christophe Nicolas, journaliste à Astrapi.

Pourquoi je suis moi ? Jeanne, 7 ans
Pourquoi il y a des méchants ? Mathéo, 7 ans
A quoi ça sert, de danser ? Alaïs, 7 ans ½
Pourquoi on a de l’imagination ? Léa, 11 ans
D’où vient le monde ? Samantha, 9 ans
Pourquoi on doit aller à l’école ? Auguste, 7 ans
Pourquoi les adultes commandent ? Elsa, 10 ans
Pourquoi les blagues, c’est rigolo ? Nicolas, 8 ans ½
A quoi sert l’art ? Thelma, 8 ans
Pourquoi on ne parle pas tous la même langue ? Mathilde, 11 ans
A quoi ça sert la politesse ? Jeanne, 9 ans

Chaque mois, le magazine Astrapi se propose d’aider les enfants  à répondre à leurs grandes questions. En crayonnant, en cochant, en dessinant, en effaçant… et, à l’occasion du festival Philosophia, en discutant et en s’interrogeant en groupe (de 15 enfants maximum).

Durée de l’atelier : 45 minutes, destiné aux enfants de 7 à 11 ans.

4 – Symphonie en vie majeure

Par Louis et sa compagne, Sandrine.
Sandrine a eu un cancer du sein. Les mots de son compagnon Louis ont coloré les épisodes de sa maladie. Le recueil de poésie que lui a inspiré sa femme est un regard croisé qui prend le drame à contre-pied. C’est un rire jeté au visage de la peur. «Puissent ces mots et ces couleurs de vie donner force et courage à celles qui la traversent et celles et ceux qui les accompagnent».

5 – Le vin, fruit de la vigne et du travail des hommes

Par Olivier de Boisgelin, diacre vigneron dans le Var.
Sous la forme d’une déambulation au milieu des vignes, notre vigneron propose une balade spirituelle. «Fruit de la vigne et du travail des hommes», le vin représente nos vies, nos fruits. Même les mauvais raisins, les vinaigres, les ratés, Dieu les prend avec lui. La vinification est toujours un miracle qui nous échappe. Une explosion inattendue de saveurs, verticale, sensuelle. Tous deux, pain et vin, parlent de l’homme, de sa matérialité et de sa spiritualité.

6 – Le corps politique

Par Didier Le Bret, diplomate, ancien ambassadeur de France en Haïti.

Le refus du corps céleste du « roi » a été exprimé pour la première fois dans notre histoire,  clairement et collectivement, en 1789. Ce jour-là, ce n’est pas seulement la tête de Louis XVI qui roule dans un panier d’osier, c’est la sacralité même du roi, son corps céleste. De cette première rupture découle la suite : notre rapport au sacré. Notre démocratie moderne n’a plus à couper la tête de nos dirigeants ; on peut l’avoir pacifiquement tous les cinq ans en glissant un bulletin dans une urne. C’est là sans doute que réside l’un des grands paradoxes de notre modernité : le peuple souverain, omnipotent, toujours prompt à dénoncer à travers ses médias le faste monarchique de la République, se prend désormais à regretter le corps céleste du roi.

7 – Le corps dans sa précarité

Par Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique.

Héritière du père Joseph Wresinski et de l’abbé Pierre, qu’elle a rencontré à l’âge de 12 ans, Véronique Fayet est aujourd’hui chef d’orchestre de 67 000 bénévoles en France. Personnes isolées, migrants, sans-abris, gens du voyage,  la voix de cette femme originaire de Gironde est essentielle pour parler du corps précaire au 21ème siècle.

8 – La langue incarnée de Montaigne : écrire comme on marche

Par Coline Crussaire, professeur agrégé de Lettres modernes.

« Tout soulier de cuir bien formé montre l’intérieure forme du pied » affirme Montaigne. Partout dans ses Essais, le corps se découvre derrière le cuir épais. La langue de Montaigne est une langue qui s’écrit au gré des multiples déambulations que faisait le penseur dans sa tour au 16ème siècle. C’est dans ce haut lieu de pèlerinage, aux portes de Saint-Emilion, que se manifeste l’intérêt qu’il portait à la chair, jusqu’à unir parfaitement le mouvement du corps à celui de la pensée. Ce lieu où il pouvait à son gré « être à soi », et que nous habiterons le temps d’une visite.

 

________________________________

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

L’hébergement, les repas et les transports sont à la charge et au choix des participants.
Renseignements sur le site de L’office du tourisme de Saint-Emilion

QUELQUES IDÉES DE VISITES CULTURELLES DANS LA RÉGION :

Comment venir à Saint-Emilion ?

AUTOROUTE
A10 (Paris-Bordeaux) – Sortie Saint-André-de-Cubzac
29 km jusqu’à Saint-Emilion depuis cette sortie

A62 (Narbonne-Toulouse-Bordeaux) – Sortie La Réole ou Langon
50 km jusqu’à Saint-Emilion depuis cette sortie

A89 (Bordeaux-Périgueux-ClermontFerrand) – Sortie Libourne
11 km jusqu’à Saint-Emilion depuis cette sortie

ROUTE
D936 (Bergerac-Bordeaux)
D670 (Saint-André de Cubzac-Libourne-La Réole-Marmande)
D664 (Angoulème-Libourne-Bordeaux).

TRAIN – SNCF
Bordeaux – Saint-Emilion : TER Ligne 26 (4 trains par jour : Bordeaux-Libourne-Sarlat)
Gare de Saint-Emilion : à 1,5 km à pied du village

Paris – Bordeaux (arrêt à Libourne) : 3h30 en TGV
Gare de Libourne : à 7 km

Liaison Gare de Saint-Emilion au village de Saint-Emilion
> de 9h30 à 18h 7/7j
> sur réservations au 06.40.83.62.60  ou tuk.tour.events@gmail.com
> tarif : 3€ l’aller & 5€ l’aller-retour

Saint-Emilion, écrin de la pensée. Plongez dans ce festival en vidéo :

Publié le